Category Archives: Communiqué

Financer ses études, ses recherches, son projet professionnel à l’étranger

Dans un monde en profonde mutation, de plus en plus interdépendant et interculturel, effectuer un séjour à l’étranger lors de ses études ou pendant son parcours professionnel est devenu quasiment incontournable. Mais plus qu’une expérience hors de nos frontières, la mobilité internationale contribue à former des citoyen·ne·s du monde.

Depuis de nombreuses années, la Wallonie et la Fédération Wallonie-Bruxelles favorise cette ouverture au monde, par le biais d’actions développées par Wallonie-Bruxelles International avec de nombreux partenaires étrangers.

Ainsi, dans une optique d’accroissement de la mobilité, des accords bilatéraux de coopération prévoient des échanges d’étudiant·e·s et de diplômé·e·s de nos institutions d’enseignement supérieur (pour des programmes de spécialisation courte ou longue durée ou des programmes de renforcement des compétences linguistiques), mais aussi des échanges de chercheur·euse·s pour une période plus ou moins longue.

Afin de promouvoir l’excellence de la recherche, plusieurs aides ont été développées pour soutenir des projets de thèses ou de recherches dans des universités de renommée mondiale, tout en accueillant par ailleurs des chercheur·euse·s d’excellence dans nos institutions d’enseignement supérieur.

Il existe également des possibilités de stages en entreprise, s’intégrant dans un parcours académique de second cycle. En outre, les jeunes créateur·rice·s wallon·ne·s d’entreprises souhaitant développer des contacts internationaux utiles à l’éclosion de leur  projet, peuvent être soutenu·e·s par le programme « Envol à l’international ».

L’appui de WBI permet aussi à de jeunes diplômé·e·s d’être confronté·e·s à la réalité d’une organisation internationale en y effectuant un stage de plusieurs mois.

Enfin, dans le domaine de l’enseignement, la Fédération Wallonie-Bruxelles offre une réelle expertise de diffusion de la culture francophone de Belgique  et d’apprentissage du français en mettant à disposition d’établissements scolaires des auxiliaires de conversation et des enseignant·e·s. Par cette action, Wallonie-Bruxelles International tisse à l’étranger un réseau actif dans une vingtaine de pays.

Sans prétendre à l’exhaustivité, le présent guide a donc pour objet de dresser la liste des possibilités de séjours à l’étranger offertes aux étudiant·e·s, diplômé·e·s, enseignant·e·s et chercheur·euse·s de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Il s’agit d’un outil pour vous tou·te·s qui souhaitez compléter votre formation par une expérience enrichissante d’action internationale et de dialogue entre les cultures.

Cette brochure, régulièrement actualisée, figure également sur le portail du site Internet WBI, que nous vous invitons à consulter régulièrement : www.wbi.be/guideulysse

BROCHURE ULYSSE 2018-2019

Collège/Conseil – Septembre – Décisions – AVIS PUBLICATION

Conformément à l’Article 124 de la loi du 15/05/2017 relative à la sécurité civile, veuillez-trouver ci-dessous les avis de publication concernant les séances du :

Toi, au parlement ?

Lors du prochain congé dit « de détente » (carnaval) 2019, le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles accueillera la XXIIIème simulation du Parlement Jeunesse Wllonie-Bruxelles.

Dans cette perspective, l’asbl Parlement Jeunesse recrute, jusqu’au 1er novembre 2018 et uniquement via le site internet www.parlementjeunesse.be, 72 députés, 7 journalistes, 2 photographes, 1 vidéaste et 1 caricaturiste, tous âgés entre 17 et 26 ans.

Du dimanche 3 mars au vendredi 8 mars 2019, ces jeunes auront l’occasion de découvrir, par la pratique, le fonctionnement d’un système parlementaire : ils apprendront à débattre, échanger des idées et défendre des arguments. A travers les « décrets » déposés par les ministres en herbes, les apprentis parlementaires pourront aborder différents thèmes et voter ces textes.

Nous vous invitons également à en apprendre davantage sur les membres du Parlement Jeunesse Wallonie-Bruxelles via les réseaux sociaux, tels Facebook, (parlementjeunesseWB) et Twitter (PJ_WB) ou encore au travers leur site internet www.parlementjeunesse.be. Vous y retrouverez notamment toutes les informations relatives à la procédure d’inscription.

Invitation au public – Conseil d’administration d’ORES Assets

L’invitation est téléchargeable ICI

Fermeture des bureaux de l’administration ce 27 septembre

Fête de la Communauté Française : votre administration sera fermée ce jeudi 27 septembre.

Info Peste porcine africaine

Voici la communication du Gouverneur du Luxembourg diffusée ce mercredi matin quant à la problématique de la peste porcine africaine.

Peste porcine : appel à la conscience citoyenne
19 septembre 2018
Dans le cadre de la peste porcine africaine qui s’est déclarée fin de semaine dernière en province de Luxembourg et suite aux mesures prises par le ministre wallon de l’Agriculture et de la Forêt, il nous semble primordial de nous associer à ce message et de le compléter à l’attention des Luxembourgeoises et Luxembourgeois du sud de la province ainsi qu’à toutes celles et tous ceux dont l’activité se retrouve touchée par les mesures visées par l’arrêté ministériel.

Tout d’abord, il est essentiel que chacune et chacun reçoive une information claire et complète sur cette maladie. Comme l’ont rappelé les vétérinaires de l’AFSCA et les spécialistes des animaux de la forêt, la peste porcine africaine est une maladie qui touche exclusivement les porcs et sangliers. Elle ne représente donc aucun risque pour tous les autres animaux, et a fortiori l’humain. L’unique risque qu’elle engendre donc est un risque économique. Mais ce risque est énorme !

Les mesures d’interdiction de circulation en forêt et de toutes activités liées au milieu forestier dans la zone de 63.000 ha ont donc pour objectif d’éradiquer le plus rapidement possible l’infection en évitant qu’elle se propage à d’autres régions. Tous mouvements humains dans les zones forestières concernées sont autant de risque de propagation de l’épidémie.
Les mesures sont exceptionnellement contraignantes, et cela, toutes les autorités compétentes en ont bien conscience. Mais pour sortir rapidement et durablement de cette épidémie, il faut se montrer directement efficace. Ne pas respecter les interdictions fait courir un risque majeur pour toute une région et des secteurs d’activités.

Nous en appelons donc à la conscience citoyenne de toutes et tous. Les impacts sont énormes ; par notre engagement commun à respecter les mesures, tentons d’en réduire la durée.

Réunion du Conseil de la Zone de secours Hainaut Centre ce 25 septembre 2018

Réunion du Conseil de la Zone de secours Hainaut Centre du 25 septembre 2018
SÉANCE PUBLIQUE

Ordre du jour

Une campagne d’identification, d’enregistrement et de stérilisation des chats domestiques

Une campagne d’identification, d’enregistrement et de stérilisation des chats domestiques a été lancée en ce début d’année 2018 par le Ministre du Bien-Être Animal. L’objectif est de diminuer les abandons et de réguler la surpopulation des chats dans notre pays.

Vous souhaitez identifier, enregistrer et stériliser VOTRE chat ?

Voici la marche à suivre :

  1. Prendre contact avec le Service Cadre de Vie de la commune d’Estinnes au 064/311.333 ou par mail à l’adresse cadredevie@estinnes.be afin d’obtenir un bon identification/ stérilisation pour votre chat domestique.

Deux interventions maximum pourront être obtenues par le citoyen qui souhaite bénéficier d’une aide financière pour l’identification, l’enregistrement et la stérilisation de son chat domestique (1 seul chat par ménage), à savoir :

  • 45 € de réduction pour la stérilisation d’une femelle,
  • 35€ de réduction pour la stérilisation d’un mâle,
  • 25 € de réduction pour la puce et l’enregistrement du chat domestique.

Soit un total de réduction de 60 € pour un mâle ou un total de réduction de 70 € pour une femelle.

Le bon identification/stérilisation sera complété par un agent communal du Service Cadre de Vie de la Commune d’Estinnes et par le citoyen. Celui-ci sera à remettre au vétérinaire choisi.

Cette campagne prendra fin le 30 septembre 2018.

Ci-dessous la liste des deux vétérinaires participants à cette campagne, ainsi que leurs tarifs.

  • Monsieur Olivier GUEUSE – Rue des Halles aux Filets 3, 7130 Binche – Téléphone : 0495/50 97 26, dont les tarifs sont les suivants :
    • Stérilisation d’une femelle : 80 euros
    • Stérilisation d’un mâle : 40 euros
    • Puce et enregistrement du chat : 32 euros
    • Antibiotiques (pendant 8 jours) : 10 euros
  • Association Randour Jacquerie Capouet – Rue des Pâturages 56, 7041 Givry – Téléphone : 065/58 60 57, dont les tarifs sont les suivants :
    • Stérilisation d’une femelle : 120 euros (+ 10 euros pour la collerette)
    • Stérilisation d’un mâle : 55 euros
    • Puce et enregistrement du chat : 45 euros (+ 26 euros de consultation)

Plus d’informations sur cette campagne :

Contact : Service Cadre de Vie de la commune d’Estinnes

Tél. : 064/311.333 ou via l’adresse mail : cadredevie@estinnes.be

Vente publique de bois

Sièges-auto : suite à de nombreuses informations erronées circulant ces dernières semaines, l’AWSR souhaite rassurer les parents

Les sièges-autos font régulièrement l’objet de réductions dans les grands magasins de puériculture. Parmi ces sièges soldés, nombreux sont ceux qui ont été homologués sur base de la norme européenne R44/04 vouée à disparaitre dans les prochaines années. Ces sièges peuvent-il encore être utilisés ? Sont-ils moins sûrs ? L’AWSR reçoit actuellement de nombreuses questions à ce sujet et souhaite donc faire le point sur la question.

R44/04, i-Size… Que choisir ?

A l’heure actuelle, deux normes européennes coexistent au niveau de l’homologation des dispositifs de retenue pour enfants : la norme i-Size (appelée également R129) et la norme plus ancienne R44-04 (toujours d’actualité à ce jour). Les sièges vendus dans le commerce doivent être conformes à l’une de ces deux normes.

Il existe 4 différences principales entre ces deux normes.

  • Les sièges homologués sous la norme i-Size sont testés au niveau des chocs latéraux, ce qui n’est pas le cas de ceux homologués R44/04.
  • Les sièges homologués i-Sizes s’utilisent exclusivement avec le système de fixation Isofix, ce qui n’est pas le cas des sièges homologués R44/04 qui ne doivent pas nécessairement être Isofix.
  • i-Size prévoit le transport des enfants en position « dos à la route » jusqu’à 15 mois peu importe leur poids. Les sièges R44/04 « dos à la route » ne sont quant à eux homologués que pour des enfants pesant moins de 13 kilos.
  • Les sièges homologués sous la norme i-Size ne sont plus classés par groupe de poids mais par rapport à la taille de l’enfant (comme pour les vêtements).
    • 0-105 cm (c’est-à-dire de 0 à 4 ans) ;
    • 100-150 cm (c’est-à-dire de 4 à 12 ans).

La norme R44-04 est probablement vouée à disparaitre dans le futur mais aucune date précise n’a été officiellement communiquée à ce jour. Les fabricants ne peuvent plus faire homologuer que certains nouveaux sièges sur base de cette norme mais contrairement aux informations qui circulent actuellement, tous les sièges déjà homologués continuent d’être vendus et utilisés en toute légalité et en sécurité jusqu’à ce que cette norme soit interdite.

L’AWSR rassure les parents

Lorsque les sièges-autos homologués sur base de la norme R44/04 ne pourront plus être vendus, ils pourront toujours être utilisés par les parents qui en possèdent pendant une période transitoire de plus ou moins 5 ans.

L’enfant est protégé dans ce type de siège et leur utilisation est conforme à la loi. Les parents qui les utilisent ne doivent donc pas s’alarmer inutilement.

Rehausseurs : avec ou sans dossiers ?

L’information selon laquelle les rehausseurs sans dossier ne peuvent plus être vendus ni utilisés circule également. Cela est dû au fait que la norme i-Size n’homologue que des sièges avec dossier. Ici encore, tant que la norme R44-04 est en vigueur, les parents peuvent utiliser les rehausseurs sans dossier en toute légalité.

Il faut tout de même préciser que les rehausseurs avec dossier représentent un avantage en termes de sécurité et ce pour deux raisons :

  • La présence de protections latérales ;
  • La présence d’un appuie-tête et un passage de ceinture au niveau de l’épaule adapté à la taille de l’enfant.

Quid des sièges d’occasion ?

Par souci d’économie, certains parents optent pour un siège-auto d’occasion, notamment lorsqu’ils se répartissent les trajets vers/de la crèche ou l’école et que l’achat d’un second siège est nécessaire. Dans ce cas, l’AWSR recommande de vérifier que le siège est conforme à l’une des deux normes évoquées plus haut et de veiller à disposer de la notice d’utilisation. Par ailleurs, il est essentiel de se renseigner sur l’historique du siège. Comme pour les casques moto, si ce dernier a déjà été soumis à un choc suite à un accident de la route, il peut présenter des microfissures invisibles à l’œil nu mais qui remettent en cause son efficacité et il ne peut donc plus être utilisé ! En pratique, il est quasiment impossible de voir si un siège-auto a subi un choc, l’AWSR déconseille donc fortement l’achat en seconde main auprès d’une personne qu’on ne connait pas.

Les conseils de L’AWSR

L’AWSR a rassemblé les principales questions qu’elle reçoit quotidiennement de parents soucieux de la sécurité de leurs enfants en voiture, en voici un échantillon.

  • Que dit la loi ?

Un dispositif de retenue adapté est obligatoire pour les enfants mesurant moins de 1,35m (taille atteinte à environ 9-10 ans).

  • Comment bien attacher son enfant ?

Trois étapes incontournables

  • S’assurer que le siège est adapté au poids et à la taille de l’enfant ;
  • Fixer correctement le siège dans la voiture (voir manuel d’utilisation) ;
  • Attacher correctement l’enfant dans le siège-auto ;

Tous les conseils pratiques pour attacher correctement son enfant en voiture en fonction du siège utilisé sont disponibles sur le site tousconcernés.be/rubrique enfants à bord.

S’il s’agit d’un trajet court (moins de 10 km) et occasionnel, un enfant de moins de 1m35 (qui n’est pas celui du conducteur) peut voyager sans siège ni rehausseur sur le siège arrière, attaché avec la seule ceinture de sécurité. Attention : il doit obligatoirement être âgé de 3 ans ou plus. Toutefois si vous avez la possibilité de le mettre dans un siège auto, cette solution reste préférable ! En-dessous de 3 ans, le siège-auto reste obligatoire.

Non. Les airbags latéraux protègent l’enfant en cas de collision à condition que celui-ci soit bien installé dans son siège/rehausseur. Concernant l’airbag frontal, par contre, il doit impérativement être désactivé avec un siège dos à la route installé sur le siège passager avant. En effet, si vous installez un enfant dos à la route sans avoir désactivé l’airbag frontal, il court un danger mortel en cas de choc suite à la puissance de déploiement de l’airbag. Si vous ne pouvez pas désactiver l’airbag frontal, vous ne pouvez pas transporter d’enfant dans un siège dos à la route à l’avant de votre véhicule.

  • Puis-je transporter mon enfant dans un véhicule utilitaire ?

Oui, un enfant peut être transporté à n’importe quelle place (même à l’avant), pour autant qu’il soit installé dans le système de retenue adapté à sa taille et à son poids (et que l’airbag soit désactivé dans le cas d’un siège dos à la route). Si l’une de ces 2 conditions n’est pas réunie, vous ne pouvez malheureusement pas transporter votre enfant dans ce type de véhicule.

Si les pieds de votre enfant touchent le dossier du siège de la voiture, pas de problème : il peut continuer à voyager dans ce siège. Vous passez au siège suivant dès qu’il aura atteint la limite de poids indiquée ou lorsque sa tête dépassera du siège. Même s’il vous semble un peu serré dans son siège, ne passez pas trop tôt au siège suivant car il sera moins bien protégé.

  • Dois-je enlever le manteau de mon enfant avant de l’attacher dans son siège ?

Il est essentiel, et ce quel que soit l’âge de votre enfant, qu’il soit attaché avec le moins d’épaisseur de vêtements possible. Gros blousons/manteaux…s’abstenir ! Si vous laissez le manteau de votre enfant, le harnais ne sera pas assez serré. En cas de collision, le rembourrage du manteau va se tasser sous la pression des sangles et votre enfant risque d’être projeté ou éjecté de son siège car il ne sera pas suffisamment retenu par les sangles. La solution ? Enlever le manteau et placer une couverture sur votre enfant une fois qu’il est attaché.

Les réponses à ces questions et un tas d’autres sont rassemblées sur le site web tousconcernes.be dans une foire aux questions « Enfants à bord ». L’AWSR met également  à disposition une brochure téléchargeable gratuitement reprenant des conseils sur l’utilisation des sièges-autos.

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer