Bourse multi-collections et exposition de peintures

Venez nombreux acheter, vendre ou échanger : Cartes postales, capsules de champagne, mignonnettes d’alcool, poupées, timbres, monnaies, figurines, fèves, pin’s, miniatures de parfum, insignes militaires, cartes téléphoniques, etc….

Enregistrer

Fermeture exceptionnelle des Ecoparcs le jeudi 16 mars 2017

Les 22 Ecoparcs d’Hygea (Baudour, Binche, Boussu, Colfontaine, Cuesmes, Dour, Ecaussinnes, Erquelinnes, Estinnes, Frameries, Honnelles, Jemappes, Jurbise, Le Roeulx, Manage, Morlanwelz, Obourg, Quévy, Quiévrain, Seneffe, Soignies et Wasmuël) seront exceptionnellement fermés le jeudi 16 mars 2017.

Cette fermeture exceptionnelle a pour objectif de permettre aux membres de notre personnel de suivre une formation au cours de laquelle divers thèmes seront abordés tels que la sécurité, l’évolution des filières de recyclage ou bien encore l’amélioration de l’accompagnement des citoyens, …

Les Ecoparcs ouvriront leurs portes dès le vendredi 17 mars 2017 aux horaires habituels, soit de 9h00 à 16h45.

Merci de votre compréhension.

Pour tout renseignement, contactez Hygea au 065/87.90.90 ou via email hygea@hygea.be.

Carnaval de Binche – Service minimum le 27 février et fermeture le 28 février 2017

En raison du carnaval de Binche, le lundi 27 février 2017 en matinée (de 8h30 à 12h), service minimum assuré. (L’après-midi, travail à bureau fermé comme d’habitude.)

Les services permis de conduire, passeports, actes d’état civil, social, urbanisme et personnel seront accessibles au public de 8h30 à 12h (en personnel réduit).

ATTENTION, le service population (carte d’identité, changements d’adresse, composition de ménage, autorisation parentale, …) sera fermé.

L’Administration communale sera complétement fermée le mardi 28 février 2017.

Permanence juridique – Modifications

A partir de mars 2017, les permanences juridiques se tiendront dans les bureaux de l’Administration communale (232 chaussée Brunehault – 7120 Estinnes-au-Mont) les 2ème jeudis de chaque mois de 17h à 18h30 à l’exception de la permanence de juillet qui se tiendra au CPAS (147 chaussée Brunehault – 7120 Estinnes-au-Mont) aux dates suivantes :

  • le 9 mars
  • le 13 avril
  • le 11 mai
  • le 8 juin
  • le 13 juillet (CPAS)
  • le 14 septembre
  • le 12 octobre
  • le 9 novembre
  • le 14 décembre

Attention : pas de permanence au mois d’août.

Infos : 064 331 557

 

 

 

Les photos de la Parade de Noël 2016 sont disponibles !

Les photos de la Parade de Noël 2016 qui s’est déroulée à Vellereille-les-Brayeux sont disponibles gratuitement à l’Administration communale.

Adressez-vous à l’accueil ou auprès du service Plan de Cohésion Sociale.

COMMUNIQUE DE PRESSE de l’AFSCA – Le virus H5N8 identifié en Belgique 01/02/2017

Ce 01 février 2017, le virus H5N8 de la grippe aviaire a été identifié chez un détenteur hobbyiste (amateur) dans la commune de Lebbeke. Le caractère hautement pathogène de cette souche doit encore être confirmé. Suite à cette situation, les mesures de prévention obligatoires contre la grippe aviaire sont encore renforcées.

Dès ce jeudi midi, toutes les volailles, y compris les ratites, et autres oiseaux captifs des professionnels et des amateurs doivent être confinés ou protégés (filets) de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages.

Tous les rassemblements de volailles et autres oiseaux captifs ainsi que les marchés sont interdits.

Etant donné qu’il ne s’agit pas d’animaux détenus par un professionnel mais d’oiseaux d’ornement, seule une zone tampon d’un rayon de 3 km est délimitée autour du site. Il n’y a pas d’exploitations professionnelles de volailles dans cette zone, où le transport de volailles, d’oiseaux et d’œufs à couver est interdit. Tout détenteur de volailles doit envoyer un inventaire à la commune dans les 48h.

Willy Borsus, Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l’Agriculture et de l’Intégration sociale : « Le virus qui touche fortement les pays voisins depuis plusieurs mois atteint désormais la Belgique. A ce stade, le secteur professionnel n’est pas touché, mais nous devons rester très vigilants. La stricte application des mesures de biosécurité est capitale pour que ce cas reste isolé ».

Pour rappel, depuis le 10 novembre 2016, une période de risque accru est d’application sur tout le territoire et les mesures de prévention avaient déjà été renforcées. Ces mesures sont toujours d’application :

  • Les volailles d’exploitations avicoles enregistrées (professionnelles) doivent être confinées ou protégées de façon à éviter les contacts avec les oiseaux sauvages.
  • Le nourrissage et l’abreuvement des volailles et des autres oiseaux captifs doit se faire à l’intérieur ou de façon à rendre impossible le contact avec les oiseaux sauvages.
  • Il est interdit d’abreuver les volailles et les autres oiseaux captifs avec de l’eau de réservoirs d’eaux de surface ou l’eau de pluie accessibles aux oiseaux sauvages, à moins que cette eau ne soit traitée pour garantir l’inactivation des virus éventuels.

Nous rappelons à tous les détenteurs de volailles qu’il est important qu’ils contactent leur vétérinaire s’ils constatent une mortalité élevée dans leur cheptel ou tout autre symptôme de maladie.

Le consommateur n’encourt aucun risque. La viande et les œufs de poules peuvent être consommés en toute sécurité.

Vous trouverez toutes les informations sur http://www.favvafsca.fgov.be/santeanimale/grippeaviaire/

Somnolence au volant : nouvelle campagne de sensibilisation!

La somnolence est responsable de 10 à 20 % des accidents mortels sur nos routes et de 20 à 30 % des accidents mortels sur autoroute. Maxime PREVOT, Ministre wallon des Travaux publics et l’Agence wallonne pour la Sécurité routière (AWSR) ont décidé de s’attaquer à cette problématique avec une nouvelle campagne de sensibilisation.

Objectif : rappeler que les premiers signes annonciateurs de somnolence doivent inciter à faire un stop ! 

Pendant le mois de février, des moutons bienveillants inviteront les usagers de la route à faire une pause pour se remettre d’aplomb dès que les premiers signes de fatigue se manifestent, à l’image du staff de techniciens qui s’active lors d’un arrêt au stand. L’affiche de la campagne présente sur les 300 panneaux le long des autoroutes et routes secondaires régionales en Wallonie interpelle également les conducteurs sur ce qu’il est bon de faire pendant cette pause : boire un café, manger un morceau et surtout faire une mini-sieste. Le message de sensibilisation sera également présent dans plusieurs stations essence via des affichettes et sur les réseaux sociaux. Tous les éléments de la campagne ainsi que des conseils pour prévenir et détecter la somnolence au volant se retrouvent sur le site tousconcernes.be.

Rouler fatigué est considéré comme dangereux mais pourtant…

Selon une récente enquête de l’AWSR, la désapprobation sociale de la somnolence au volant est assez importante puisque environ 2/3 des conducteurs wallons (près de 62 %) s’accordent à dire que « les automobilistes qui conduisent fatigués sont des criminels ». Néanmoins, plus d’un conducteur wallon sur 10 déclare être somnolent au volant au moins une fois par mois.

Quand faut-il s’arrêter ?

Pour éviter de s’endormir au volant, il faut impérativement s’arrêter dès les premiers signes de fatigue. La difficulté à maintenir la tête droite, le regard qui se fixe, le besoin constant de  changer de position, la tendance à se frotter le visage, les mains, le cou… sont autant de signes que notre corps nous envoie pour nous inciter à nous arrêter et faire un somme. Seule la moitié des conducteurs wallons estiment qu’ils sont capables de reconnaitre les premiers signes de fatigue. Il semble donc important de leur rappeler comment les détecter.

S’endormir sans s’en rendre compte

Certains conducteurs pensent pouvoir lutter contre cette envie soudaine de fermer les yeux et de s’endormir. Plus de 1 conducteur wallon sur 2 se dit en effet capable de résister à la fatigue pour un trajet d’une heure ou moins. En réalité, c’est tout à fait impossible et le risque est de s’assoupir sans même s’en rendre compte.

D’ailleurs, les accidents provoqués par la somnolence au volant sont souvent graves car le conducteur n’a pas la possibilité de ralentir avant l’obstacle.

Que faire pour se remettre en forme ?

La seule solution efficace pour lutter contre la somnolence au volant est de faire une courte sieste (15-20 minutes) éventuellement après avoir consommé un café. Les 15 à 20 minutes correspondent au délai nécessaire pour que l’absorption de la caféine puisse faire son effet.

Même si environ 60 % des conducteurs wallons pensent que la sieste représente un moyen efficace, beaucoup d’entre eux restent cependant partisans de solutions qui ne fonctionnent pas

comme refroidir l’habitacle (56 %), parler à un passager (42 %) ou encore augmenter le volume de la musique (27 %).

Quelques petits conseils peuvent par ailleurs être appliqués pour éviter de piquer du nez.

Mieux vaut prévenir que guérir…

  • Avoir une bonne hygiène de sommeil : l’accumulation de nuits trop courtes accroit le risque de somnolence. Un conducteur ayant dormi 5 heures en moyenne par nuit pendant quelques jours consécutifs risque 6 fois plus d’avoir un accident qu’un conducteur qui a dormi 8 heures en moyenne.
  • Les personnes souffrant de troubles non traités comme des apnées du sommeil sont plus sujettes aux risques de somnolence. Mieux vaut consulter un médecin en cas de doute.
  • En cas de prise de médicaments, toujours vérifier auprès du médecin ou du pharmacien qu’ils n’ont pas d’impact sur la capacité de conduire.
  • Éviter de mettre le chauffage à fond, aérer le véhicule et régler correctement la ventilation.

Avant un long trajet 

Le mois de février est marqué par la période des vacances de carnaval. À cette occasion, de nombreux automobilistes prendront la route des vacances d’hiver, le moment idéal donc pour rappeler quelques conseils pour éviter de s’endormir au volant pendant le trajet.

  • Planifier son trajet et prévoir des pauses de 15 minutes toutes les 2 heures.
    • Adopter une bonne hygiène de vie avant le départ : une nuit de sommeil d’au moins 8 heures.
    • Eviter les repas trop lourds avant de prendre la route ou au cours du trajet.
    • Ne pas consommer d’alcool.

Se montrer particulièrement vigilant entre 2 heures et 5 heures et entre 13 heures et 16 heures car il s’agit des périodes les plus propices à l’endormissement. À ces moments-là, il vaut donc mieux confier le volant à un conducteur ‘frais et dispo’ si on a déjà quelques heures de conduite derrière soi ou même prévoir de passer la nuit dans un hôtel et reprendre la route le lendemain. Evidemment, ces horaires restent risqués même si on effectue un petit trajet pour rentrer chez soi après le travail ou après une sortie entre amis !

L’AWSR est l’A.S.B.L qui oeuvre pour la sécurité routière en Wallonie. Elle remplit 5 missions : l’organisation de campagnes de sensibilisation ; l’information et l’orientation des victimes ; Le soutien de la politique de contrôle des services de police ainsi que de la politique de poursuites et de sanction des parquets et tribunaux ; la production et l’analyse de statistiques ; la présidence du Conseil supérieur wallon de la Sécurité routière. L’AWSR est présidée par le Ministre wallon en charge de la Sécurité routière.

Suivez nous sur Twitter @AWSR_be

www.tousconcernes.be

Plan d’Action National de Réduction des Pesticides (NAPAN)

 

Du bois durable dans vos jardins

L’hiver est bientôt derrière nous et nous attendons tous le printemps avec impatience. Peut-être avez-vous déjà commencé à préparer petit à petit votre jardin et à envisager de nouveaux aménagements?

Si vous aimez profiter de la nature, l’impact environnemental de vos actions fait sûrement partie de vos préoccupations. Alors, pour l’aménagement de votre jardin, pensez aussi à opter pour du mobilier en bois issu de forêts gérées de manière durable. Un bac à sable, une balançoire ou peut-être même une piscine pour vos enfants, des bacs en bois pour vos fleurs et vos plantes et des copeaux en bois, une cabane, une terrasse et même la clôture de votre jardin peuvent être fabriqués à partir de bois durable.

Reconnaissables au label PEFC, ces produits vous offrent la garantie que le bois à partir duquel ils sont fabriqués est issu d’une forêt gérée de manière écologique et responsable. Pas de coupe illégale de bois, pas de violations des droits humains, mais la garantie du respect de la biodiversité, d’un salaire décent pour les travailleurs forestiers, de l’aménagement des forêts pour les loisirs,…

Pour offrir un bel avenir aux forêts, à vos enfants et à votre jardin, pensez au label PEFC.

Le saviez-vous ? Tous les produits en bois labellisés PEFC peuvent être achetés avec des éco-chèques.

Plus d’info: www.pefc.be.

Enregistrer

Mise en place du Réseau de prise en charge des extrémismes et des radicalismes violents de la FWB – 0800/111.72

Une ligne verte organisée par le Réseau de prise en charge des extrémismes et des radicalismes violents de la Fédération Wallonie-Bruxelles est désormais accessible à toute personne qui, pour des raisons personnelles ou professionnelles, souhaite un appui pour répondre à des questions relatives à la radicalisation violente, qu’il s’agisse d’une demande d’aide individuelle ou de soutien pour développer un projet de prévention.

Contact : 0800/111.72

extremismes-violents@cfwb.be

http://www.extremismes-violents.be

Suite aux attentats en France en 2015 et de Bruxelles le 22 mars 2016, des acteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles – écoles, associations de jeunesse et d’éducation permanente, services d’aide à la jeunesse… – ont organisé, pour leurs équipes ou leur public, différentes activités (séances d’information, cycles de formation, débats, activités pédagogiques, ….) traitant de thématiques comme l’extrémisme politique, l’intégrisme religieux, l’usage de la violence à des fins politiques, le vivre-ensemble, l’exclusion et les préjugés racistes, la capacité de faire coexister la diversité des composantes de notre société, les droits fondamentaux et les principes d’un régime démocratique, et notamment la protection de la liberté d’expression…

Par ailleurs, certains organismes relevant de la Fédération Wallonie-Bruxelles ont été confrontés à des interrogations liées à l’orientation et la prise en charge de personnes vulnérables à des idéologies sectaires prônant la violence et ont pu se trouver insuffisamment outillés pour y répondre.

En janvier 2016, le Gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a souhaité renforcer et pérenniser son action en matière de prévention des extrémismes et des radicalismes violents.

Un Réseau de prise en charge des Extrémismes et des Radicalismes Violents a ainsi été mis en place, afin de répondre à des problématiques de natures diverses, allant de la prise en charge des personnes au développement de projets socio-éducatifs.

La perspective adoptée en matière de prévention se veut résolument transversale dans la mesure où elle concerne l’ensemble des secteurs de la FWB (Enseignement, Culture, Sport, Aide à la Jeunesse, Maisons de Justice…).

Ce dispositif est opérationnel depuis le 2 janvier 2017 et est composé comme suit :

  • Un Centre d’Aide et de Prise en charge de toute personne concernée par le Radicalisme et l’Extrémisme menant à la Violence (CAPREV), composé d’une équipe pluridisciplinaire de 14 personnes ayant une expérience dans le travail social et la prise en charge des problématiques liées à la radicalisation. Le CAPREV organise un soutien psycho-social à la demande de la personne concernée et met en place un parcours adapté à chaque situation individuelle.
  • Un Centre de ressources auprès de la cellule pédagogique « Démocratie ou barbarie », doté d’une équipe spécifique, accompagne et appuie les institutions et les acteurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles dans leurs projets de prévention des extrémismes et des radicalismes violents, notamment en matière d’outils pédagogiques, de formation et d’expertise.

Un numéro d’appel gratuit – 0800/111.72 permet d’accéder au dispositif tous les jours de 8h à 20h sauf les dimanches et jours fériés. Au bout du fil, nos collaborateurs apportent des réponses et orientent au mieux les particuliers et les professionnels dans leurs demandes relatives à la prévention des extrémismes et des radicalismes violents.

Toutefois, nous attirons votre attention sur le fait qu’en cas d’urgence avérée et/ou de menace grave à l’intégrité physique des personnes, vous devez faire appel directement aux forces de l’ordre pour une intervention immédiate.

Le CAPREV et le Centre de ressources sont accessibles à toute personne concernée par la radicalisation ou l’extrémisme violent : particulier en recherche d’une information, parent souhaitant une aide, professionnel préoccupé par l’attitude de certains usagers de son service ou encore  responsable d’une association souhaitant développer une action ou un projet de sensibilisation ou de formation lié à la radicalisation ou l’extrémisme violent.

Par ailleurs, des informations sur ces services ainsi qu’une liste sélective de ressources pédagogiques sur les phénomènes d’extrémismes et de radicalismes violents sont disponibles ici : http://www.extremismes-violents.be.

Afin que vous puissiez faire connaître les services du dispositif auprès de vos équipes et de vos publics, vous trouverez ci-joint le PDF d’un flyer et d’une affiche à destination du grand public.

N’hésitez pas à distribuer largement ces supports.

Si vous souhaitez recevoir par la poste des exemplaires papier de ces supports, n’hésitez pas à nous passer commande d’un nombre précis par retour de mail, en précisant les quantités souhaitées ainsi que vos coordonnées postales.