Archives Categorie: Culture & Loisirs

Femmes agricultrices d’Estinnes sous le feu des projecteurs

Vendredi 8 et 9 mars 2019

Salon communal d’Haulchin
Place du bicentenaire

Exposition photos réalisée par la section Photographie de l’Institut Provincial des Arts et Métiers de La Louvière : Véronique VERCHEVAL, Vincenzo CHIAVETTA, Alain DELVAUX, Georges SPRINGAEL et Olga NOVAK

Femmes agricultrices d’Estinnes

Programme :

Vendredi 8 mars à 19h : vernissage de l’exposition , suivie d’une conférence de Marianne STREEL, présidente de l’Union Wallonne des Agricultrices (U.W.A.) et de la Fédération Wallonne de l’Agriculture(F.W.A.)

Samedi 9 mars de 12h à 20h : ouverture de l’exposition photos

Une initiative des services Culture, Plan de Cohésion Sociale et Développement durable

Infos : 064/311.323 – culture@estinnes.be

Conférence : Délestage, blackout, conseils pratiques, avenir électrique

La production de l’électricité nous concerne tous.

L’électricité est un bien précieux.

Le 16 octobre 2018, la ministre fédérale a signé avec l’Allemagne une déclaration d’intention qui vise à aider la Belgique à faire face à ses problèmes de production.

Pourquoi une telle initiative ?

Quelles sont les vulnérabilités de la Belgique ?

Que risquons-nous ?

Ce questionnement s’inscrit dans un contexte d’urgence politique revendiquée par les jeunes dans la rue, dans les médias et dans les écoles. C’est maintenant que s’imposent les grandes révolutions-résolutions pour l’avenir de la planète ; à l’heure où l’on parle d’ une loi sur le climat,  où les centrales nucléaires sont remises en questions, et où les énergies vertes sont des alternatives obligées, quel est l’avenir électrique de la Belgique ?

Pour nous en parler et répondre à nos questions, un expert, ingénieur civil, Jean-Pol TOUBEAUX sera à notre disposition.

Informez vos amis. Venez nombreux à Haulchin, Salon communal à 19h30.

C’est une initiative du Centre culturel du Bicentenaire et du Quartier de vie de Peissant

Grande conférence samedi 19 janvier 2019 au salon communal d’Haulchin

Le surprenant surgit de l’improbable.
Laissons-nous surprendre par deux mondes apparemment opposés.
Rêvons le monde autrement avec des dialogues rêvés.
C’est par un superbe travail d’imagination documentée que nous ouvrirons l’année 2019 avec le talent reconnu d’un écrivain, Jean-Pol HECQ.

Une énigme aussi : Indira Gandhi et Che Guevara, deux figures emblématiques.

Qu’ont-elles en commun?
Qu’avons-nous à apprendre d’elles, de leur monde, de leur histoire, de leurs rêves, de leurs réussites, de leurs échecs, de leur tragédie?
Une grand journaliste pour nous documenter : Jean-Pol HECQ

Une bonne soirée Bicentenaire en perspective!

Visiter l’Abbaye de Bonne-Espérance et le CHASHa cet hiver, c’est parti pour la deuxième édition !

Pour la deuxième année consécutive, la Maison de la Mémoire de Bonne-Espérance et le CHASHa ont préparé pour le public des visites atypiques de l’abbaye et du CHASHa. Ces « ouvertures d’hiver » ponctuelles sont l’occasion, le temps d’une visite guidée de plus de deux heures, de découvrir ou redécouvrir ce patrimoine exceptionnel, sorti le temps d’une visite de son sommeil hivernal.

Forts de l’édition précédente qui a réuni plus d’une centaine de personnes pour les trois rendez-vous qui étaient proposés l’hiver dernier, les deux asbl partenaires ont remis le couvert pour préparer une visite axée sur la sauvegarde et la valorisation du patrimoine. La visite commencera par le site de l’abbaye, sous l’angle de la préservation et des restaurations dernièrement effectuées sur le site. Le regard des visiteurs sera attiré sur les dessous de la gestion patrimoniale d’un site exceptionnel par son histoire, son architecture et sa vie actuelle. L’occasion notamment d’appréhender les récents travaux d’envergure réalisés pour les toitures de l’abbaye.

La deuxième partie de la visite se fera au Centre d’Histoire et d’Art Sacré en Hainaut (CHASHa asbl), implanté depuis maintenant 2016 dans l’ancienne sacristie, également classée, de l’abbaye. Pour ces visites d’hiver, le CHASHa ouvre ses armoires et présente les objets du patrimoine des églises du diocèse mis en dépôt au conservatoire du CHASHa au cours de cette année 2018. L’accent sera donc mis sur le travail sur le terrain du CHASHa, dans sa mission quotidienne de sauvegarde du patrimoine religieux hennuyer. Des tableaux récemment restaurés seront sortis de l’atelier de restauration de tableaux du CHASHa pour l’occasion.

 

Infos pratiques :

Dates : Dimanches 20 janvier, 17 février et 17 mars 2019.

Rendez-vous à 14h30 précises devant les grilles du porche d’entrée de l’abbaye, sur le parking du Tournebride.

Les retardataires ne pourront pas accéder au site après 14h30.

Pas de réservation, ni de nombre limite de participants.

Durée : 2h.

Prix : 5€ par personne.

Possibilité de se restaurer sur place au Tournebride.

Contact en semaine : 0470/102.468

Soirée contes et légendes : Le voyage de Martin

Cette année l’école communale d’Estinnes-au-val se mobilise pour l’association I SEE.

Une soirée Contes et Légendes à l’Eglise Saint-Martin

Au programme

Vendredi 25 janvier 2019
18h – accueil – grimages féériques
19h – Balade contée au centre du village
Prix par personne : 2 €

Samedi 26 janvier 2019
A partir de 19h – Un repas en musique orchestre par un Duo Guitare et Harmonica

Voyage gourmand entre terre et mer

La tournée des pulco
Scampis aux bulles enchantées
Offrandes fermières à la marengo et ses délicieuses rondeurs
Délices glacé sous sa couette

Prix du repas / adulte 29€ / enfant 20€

Renseignements et réservations : 064/36.73.43 – 0474/36.26.13

Cet organisme a pour défi de changer le regard sur le handicap et d’accompagner les personnes déficientes visuelles sur le chemin de l’autonomie par la formation de chiens guides.

Formulaire d’inscription à imprimer

Parade de Noël à Peissant – 15 décembre 2018

Le 15 décembre à Peissant dès 17h30 aura lieu la

La Grande parade de Noël

Au programme :

  • A 15h – Spectacle pour enfants offert par le CPAS à la salle du tennis de table – Rue du Marais – Peissant
  • A 17h30 – Départ de la parade avec échassiers lumineux, Pluto, Kylo Ren, Reine des Neiges, jongleurs lumineux, …
  • Distribution gratuite de biscuits par le Père Noël
  • Petite restauration, vin chaud, cacao chaud, bières … (Près du Kiosque – sous des tonnelles)

Renseignements
064 311 324
En collaboration avec les comités de Peissant

Réalisation de l’école libre Saint Joseph en hommage à la guerre 14-18

 

Mémoires insolites et parcours de vies par France Pourtois

En 1914, ils étaient un groupe de jeunes hommes.
Tous, unis par un destin commun, la Grande Guerre. [1]
Les noms de quatre d’entre eux, morts au combat, vivent dans quatre rues de Vellereille-les-Brayeux : la rue Albert Bastin, la rue Grégoire Jurion, la rue Alfred Leduc et la rue Jules Letellier.

Ce 9 novembre 2018, à quelques jours de l’armistice le « Grégoire Collectif » [2] voudrait faire partager un premier rendez-vous des mémoires insolites.
Il existe des hasards qui vous emmènent sur des chemins inattendus.

Celui d’habiter la maison de Léon Pourbaix qui se situe le long de la rue Grégoire Jurion ne fut pas sans effet dont le premier fut de susciter une vive curiosité pour ces signes du passé.

Ma maison, celle de Léon Pourbaix, claire demeure qui a presque 100 ans, revit au gré des événements mémoriels que l’on a à cœur d’organiser.
Aujourd’hui, sur les marches du seuil, un tapis de coquelicots a été tissé à plusieurs mains.
Coquelicots…pollinisateurs d’histoires.

En 2011, eut lieu une découverte inattendue faite par les ardoisiers réparant le toit.
C’est sous la charpente de sa maison  que Léon avait caché ses munitions et des objets personnels[3], vestiges d’une période difficile de sa vie.
Personne ne le savait.
« Un sacré tempérament ce Léon » dit sa fille Raymonde qui habite face à la maison de ses parents.

En 2019, un projet « Silhouette en Marge » célèbrera des parcours de vie mêlant les récits d’aujourd’hui à ceux d’hier. Les empreintes du passé donnent un goût insolite au présent.

Ce 9 novembre 2018, ce premier tapis de coquelicots est dédié à Marie-Odile, qui elle aussi, cohabite avec l’ histoire du jeune soldat Jules Letellier.

La rue Grégoire Jurion

En avant plan à droite, la maison de Léon Pourbaix.

 

 

 

Photo prise devant la maison de Jules, actuellement gîte Fleur de lin : il s’agit des parents de Jules, Oscar Letellier et son épouse Louisa Rucloux et leur fille Marie -Louise Letellier. Photo datée de 1935

 

 

 

 

 

 

[1] 23 combattants à Vellereille-les-Brayeux dont 4 sont morts pour la Belgique.

[1] Groupe créé à l’initiative de France Pourtois depuis 2014. Il réunit des volontaires d’horizons divers et de profils complémentaires. Il est composé de citoyens, d’étudiant(e)s, de personnel de musée, d’ universitaires, d’ enseignants, d’ artistes, d’ écrivains. Il collabore avec l’UMons, le Dynamusée de Mons, l’Atelier 14-18 d’Estinnes et la commune d’Estinnes. Le G.C., fut ainsi désigné ainsi par les jeunes suite à l’étude de la personnalité du jeune soldat Grégoire Jurion, âgé de 18 ans et déclencheur de l’action citoyenne. Le G.C. constitue désormais un véritable réseau de savoirs partagés et de développement local inclusif.

[1] Ces objets ont été intégrés dans les objets usuels des cinq soldats rassemblés dans un kit éducatif conçu par les jeune du Collectif.

L’école communale de Fauroeulx font hommage à la 1ère guerre mondiale

Pour commémorer les 100 ans de la fin de la Première Guerre mondiale, les enfants de l’école communale de Fauroeulx ont également participé à l’événement.

Pour rendre hommage aux combattants morts pour la patrie, mais aussi aux animaux qui en ont été victimes, ils ont mis en valeur le monument se trouvant sur la place face à l’école en le décorant de coquelicots, emblêmes de la Première guerre mondiale et de panneaux didactiques reprenant des faits historiques sur les combattants et les animaux qui ont joué un rôle important durant la guerre. Chiens, mulets, pigeons, chevaux,… on estime le nombre d’animaux à 14 millions qui ont joué un rôle à la stratégie militaire : traction, communication ou parfois simple compagnon fidèle pour le moral des troupes.

 

Un hommage à nos arbres centenaires

À l’occasion de la commémoration de la Première Guerre mondiale, le service culturel de l’administration communale d’Estinnes a décidé de mettre à l’honneur les arbres centenaires.

Des arbres symboliques puisqu’ils sont témoins de la folie des hommes, parfois meurtris, mitraillés par les balles ou encore démembrés par les obus, ils sont le symbole de la guerre, de la mort mais aussi de la vie et de l’espoir.

Après la guerre, des arbres ont été plantés en de nombreux endroits de Belgique pour célébrer le retour à la paix. On recense trois arbres sur l’entité d’Estinnes : l’un se trouve dans la cour de l’école d’Estinnes-au-Mont, le second à l’avenue des Tilleuls à Velereille-le-sec et le dernier face au Moulin de l’Abbaye de Bonne-Espérance.

Pour l’événement, chacun d’entre eux a été décoré de coquelicots et d’une citation que nous vous invitons à aller découvrir.

Dans un monde en perpétuelle remise en question et dans lequel on parle de plus en plus de protéger notre environnement, le but de cette démarche est, d’une part, de faire prendre conscience de la longévité des arbres et de la nécessité de les (re)garder, et d’autre part, l’occasion de transmettre un message de paix et de liberté.

Estinnes se souvient des combattants morts durant la Première Guerre mondiale.

Accessibilité

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer